SHSC | Famille Franchère
Index de l'article
Famille Franchère
Son commerce
Généalogie partielles des Franchère
À Saint-Mathias-sur-Richelieu
Notes éparses
Toutes les pages

 

GÉNÉALOGIE PARTIELLE DES FRANCHÈRE

1-Jacques Franchère, médecin, épouse à Québec, le 13 août 1748, Élisabeth Boissy. Jacques Franchère, capitaine de milice, est décédé à Louiseville, jeudi, le 18 août 1808. Il est inhumé dans l'église (Montreal Gazette, 29 août 1808). Nous avons retenu les descendants de deux de ses enfants, de Gabriel mais surtout d'Antoine:

  • 2-Charles (Jacques) Franchère, marié à Québec, le 3 février 1778, à Marie Carrier, est le frère de Gabriel et d'Antoine. Nous nous limitons ici à la lignée descendante de l'artiste Joseph Charles-Franchère.
    • 3- Charles-Léandre Franchère, fils de Charles-Léandre épouse à Louiseville le 4 août 1818 Lucie Tondreau, fille de Charles et de Marie-Louise Saucier.
      • 4- Louis-Onésime Franchère, fils de Charles-Léandre, épouse à Notre-Dame-de-Montréal le 6 août 1850 Vitaline Ménard, fille de Toussaint et d'Amada Laurin.
        • 5- Joseph-Charles Franchère (1866-1921), artiste peintre, a été baptisé le 6 mars 1866 à Notre-Dame-de-Montréal. Peintre de formation académique, il se spécialise dans des tableaux idéalisant la vie rurale, et il réalise quelques portraits. Une oeuvre plus connue de cet auteur est Sillery vu des Plaines d'Abraham, en 1895.

 

  • 2-Antoine Franchère, épouse à Québec, le 24 août 1779, Marie-Josephte Nicolas. Antoine Franchère habite à Saint-Antoine-sur-Richelieu vers 1790 (Dutalmé, 9 juin 1802). Nous lui connaissons quatre garçons et une fille:
    • 3-Joseph Franchère, baptisé le 15 août 1785, est décédé, major de milice, célibataire, à quarante et un ans, cinq mois, le 18 janvier 1827.
    • 3-Timothée Franchère, baptisé le 9 février 1791 à Saint-Antoine, épouse, le 18 octobre 1824 Louise-Eugénie-Éléonore Faribault.
    • 3-Marguerite Franchère, épouse à Marieville, le 22 mai 1821, Rémi-Séraphin Bourdages, fils de Louis et de Louise-Catherine Soupiran de Saint-Denis. Rémi-Séraphin Bourdages, médecin, était député de Rouville. Il est décédé, le 24 décembre 1832, chez son père, âgé de trente-quatre ans; il était d'un faible tempérament, écrit le journaliste (La Minerve, 28 décembre 1832). Bourdages fut remplacé comme député du comté par François Rainville (540 votes), cultivateur de Sainte-Marie, élu contre Ludger Duvernay (395 votes) (La Minerve, 7 février 1833).
      • 4-Henriette Bourdages épouse à Marieville, le 15 janvier 1849, Ambroise Laberge, fils de Charles-Ambroise et de Rose Franchère (Antoine Gauthier, 21 mai 1850).
      • 4-Josephte Bourdages épouse Joseph-Napoléon Poulin, médecin de Sainte-Marie (Paul Bertand, 20 septembre 1850).
    • 3-Étienne-Benjamin Franchère, baptisé le 1 avril 1792 à Saint-Antoine; il épouse à Marieville, le 18 février 1833, Rose Franchère, veuve d'Ambroise Laberge. Il est major des milices de Sa Majesté, le 28 août 1836 (Registre de Sainte-Marie).
      • 4-Ambroise Laberge épouse à Marieville, le 15 janvier 1849, Henriette Bourdages, fille de Rémi-Séraphin et de Marguerite Franchère.
      • 4-Louis-Édouard-Pascal Laberge épouse à Marieville, le 21 juin 1858, Sophie Franchère fille de Joseph-Trefflé et de Marie-Libère Gatien.
      • 4-Charles Laberge (1827-1874), avocat, journaliste, homme politique, fonde à Saint-Jean avec Félix-Gabriel Marchand le Franco-Canadien. Il collabore au National, à L'Ordre, à L'Avenir, à l'Opinion publique. Libéral en politique, annexionniste et républicain, il s'oppose au projet de Confédération canadienne en 1867. Il épouse Hélène-Olive Turgeon, le 23 novembre 1859 (Philippe Sylvain, Dictionnaire Biographique du Canada, Vol. X, pages 455 à 458).
    • 3-Joseph-Trefflé Franchère (1800-1875), baptisé le 25 novembre 1800 à Saint-Antoine. Il épouse à Marieville le 16 février 1829 Marie-Libère Gatien, fille de Dominique, forgeron et de Geneviève Loiselle. Elle est la soeur unique du notaire François-Henri Gatien. Il était capitaine de milice à Sainte-Marie (Registre de Sainte-Marie, 3 mai 1836). Nommé juge de paix à Sainte-Marie, le 21 septembre 1843 (L'Aurore des Canadas, 28 septembre 1843), il fut élu maire de la paroisse Sainte-Marie-de-Monnoir de 1855 à 1857. Fut nommé agent de la seigneurie de Monnoir par l'honorable juge Jean-Roch Roland (Paul Bertrand, 1 octobre 1838; La Minerve, 15 décembre 1875).
      • 4-Jacques Franchère (1831-1908), médecin, épouse à Saint-Césaire, le 13 septembre 1858, Henriette Bouthillier, fille de Flavien et d'Henriette Blumhart.
      • 4-Sophie Franchère, épouse à Marieville, le 21 juin 1858, Louis-Édouard-Pascal Laberge, notaire, fils de Charles-Ambroise et de Rose Franchère.
      • 4-Félix Franchère, épouse à Saint-Césaire, le 11 juin 1860, Marie-Anne-Françoise-Axilda Bouthillier, fille de Flavien et d'Henriete Blumhart.
      • 4-Marie-Rose-Hermine Franchère, épouse à Marieville, le 14 septembre 1863, Cléophas Pinsonnault, fils de Charles et de Marie-Louise Quintal.
      • 4-Louise Franchère, épouse à Marieville, le 28 août 1865, Ambroise Patenaude, avocat de Marieville, fils d'Étienne et de Marie Carreau (Paul Bertrand, 24 août 1865).

 

  • 2-Gabriel Franchère ( -1832) est négociant à Montréal (François Leguay, 28 mai 1779). Il épouse à Québec, le 14 octobre 1779, Félicité Morin. Il s'est établi en société avec Louis Gauvreau vers 1800. Ceux qui doivent à la société doivent se présenter... pour règler leurs comptes, etc. (Montreal Gazette, 21 octobre 1805). Il est dit doyen des marchands et des marguilliers, maître du havre de Montréal (Montreal Gazette, 12 août 1816). Gabriel Franchère et fils, Co, offre en vente deux cents quintaux de morue verte, vingt quintaux de morue sèche, vingt-quatre firkins (petits barils) de sardines, vingt barils de hareng boucanés, dix barils de harengs salés, six firkins de truites saumonées (Montreal Gazette, 1 décembre 1815).
    • 3-Gabriel Franchère (1786-1863), né à Montréal, décédé à Saint-Paul, Minnesota, est facteur de l'American Fur Co (L'Aurore des Canadas, 7 août 1840). Il épouse, le 24 avril 1815, Sophie Routhier ( -1832), la jeune fille fidèle qui l'attendait encore, avec qui il aura huit enfants. Commerçant de fourrures et voyageur, il a laissé un récit de ses aventures, intitulé Récit d'un voyage à la côte du Nord-Ouest de l'Amérique septentrionale dans les années 1810, 11, 12, 13, 14. Publié chez l'éditeur Michel Bibaud à Montréal en 1820. (Gerald Friesen, Dictionnaire Biographique du Canada, Vol IX, pages 307, 308)
    • 3-Mathilde Franchère, épouse James McKay de la compagnie de la Baie d'Hudson à Détroit, le 22 juillet 1840 (L'Aurore des Canadas, 7 août 1840).
    • 3-Rose Franchère, épouse Ambroise Laberge, marchand à Montréal, le 4 août 1823: elle épouse en secondes noces Etienne-Benjamin Franchère, le 18 février 1833.
      • 4-Charles Laberge (1827-1874), journaliste, avocat, député d'Iberville.



 
Goto Top