Chambly après 1681 - Les terres concédées

Marie Lefebvre, veuve de Jean de Paris dit Champagne, se départit de sa terre de la seigneurie de Chambly. Le 4 septembre 1700, devant le notaire Tailhandier, Marie Lefebvre, femme de Joachim Reguindeau (Riendeau), de Boucherville, et veuve de Jean de Paris, dit Champagne, vivant habitant de Chambly, vendait sa concession de terre consistant en deux arpents de front par quarante arpents de profondeur à Jean Aubertin. Cette concession de quatre-vingts arpents en superficie, qui se trouvait à la côte de Bolhaie (Bel hail, Bel ail, Beloeil), lui appartenait en qualité de créancière privilégiée de feu Jean de Paris; elle était bornée, devant au bassin de Chambly, d'un coté à Mme Poupart dit Lafleur et d'autre coté à Jean Besset.

Cette terre leur avait été concédée par feu M. de Chambly le 14 octobre 1673 devant maître Adhémar, et était chargée de quatre livres de rentes annuelles et d'un minot de blé. Cette vente fut faite au prix de 150 livres. (Marien Tailhandier, 4 septembre 1700, acte no 26).

 

Marie Lefebvre est citée à l'Hôtel-Dieu de Québec le 22 mai 1692; elle a 45 ans. Selon Jetté, son mariage aurait été annulé, si l'on se fie au notaire Adhémar, acte du 1 octobre 1690. Marie Lefebvre avait épousé en secondes noces Joachim Reguindeau le 3 novembre 1693 à Pointe-aux-trembles. Elle décédera le 29 août 1730 à Boucherville.

 

François Blain (Ablin) veuf de Jeanne Barbier, détient une terre à Chambly en 1701. Il s'agit sans doute de la terre Plumereau, premier mari de Jeanne Barbier. Mais les cens et rentes ne sont pas payés. Le seigneur Hertel l'assigne à comparaître en janvier 1701, et sentence est rendue contre lui de payer son dû et de passer un titre nouvel.


 
Goto Top