SHSC | Recensements - Saint-Mathias 1765
Index de l'article
La population de Saint-Mathias selon le recensement de 1765
La démarche suivie et les limites du recensement
Le territoire recensé
L'interprétation
Les notables et domestiques
Les 108 unités d'habitation
Des résidants de Beloeil recensés à Saint-Mathias
Famille qui ont résidé dans la région Chambly-Saint-Mathias et non recensés
D'origine autre que française
Quelques observations
Quelques grandes familles fondatrices
Épilogue
Références
Toutes les pages
Épilogue
Cent ans après la construction du fort de Chambly, en 1765, il y a deux paroisses catholiques dans la seigneurie de Chambly: Saint-Joseph et L'Immaculée-Conception-de-la-Pointe-Olivier. Ces deux paroisses, où officie un seul curé, Félix de Berrey, totalisent environ 1081 habitants. Ils résident dans 206 maisons, ce qui fait une moyenne par unité familiale de 5,2 personnes.
Quant aux enfants, 317 à Saint-Joseph et 329 à Saint-Mathias, ils font une moyenne de 3,1 enfant par maison. C'est peu. Ce n'est pas la grande "revanche des berceaux" du XIXème siècle, mais ces statistiques concordent avec celles établies par l'historien Marcel Trudel pour tout le Québec et la région de Montréal, à la même date.
Longueuil à 834 habitants; Boucherville, 900; Saint-Charles, 525; Sorel, 822 habitants. Bref, Chambly et Saint-Mathias ont connu un développement lent.
Quant à l'aisance des habitants, seul le recensement ne nous permet pas de tirer une conclusion valable. On peut observer que chaque colon ou presque dipose d'au moins une paire de "boeufs de tire", cette énergie coûteuse facilite les labours, l'essouchage et le transport des produits de la terre. C'est une richesse. On remarque par contre que le "cochon", nourriture qui coûte peu à l'élevage, augmente en nombre lorsque la famille est plus nombreuse. Et selon qu'on a fait les relevés des porcs avant ou après les boucheries du début de l'hiver, on aurait vu fluctuer le chiffre du cheptel dans le recensement. En 1765, il y a en moyenne 2 porcs par résidence.
Quant aux cultures, 16 résidants n'ont pas semé en 1765. La semence à Saint-Mathias totalisant 1020 minots, on calcule que chacun des 92 "semeurs" a mis en terre plus ou moins 11 minots de grains en moyenne, contre 17 minots et demi à Chambly, où on dénombre 67 semeurs.


 
Goto Top