SHSC | Recensements - Saint-Mathias 1765
Index de l'article
La population de Saint-Mathias selon le recensement de 1765
La démarche suivie et les limites du recensement
Le territoire recensé
L'interprétation
Les notables et domestiques
Les 108 unités d'habitation
Des résidants de Beloeil recensés à Saint-Mathias
Famille qui ont résidé dans la région Chambly-Saint-Mathias et non recensés
D'origine autre que française
Quelques observations
Quelques grandes familles fondatrices
Épilogue
Références
Toutes les pages
Les notables et les domestiques
Chambly se démarque par le nombre de domestiques mâles et femelles au service des familles: 37 à Chambly, contre 8 à Saint-Mathias. Nous croyons que Saint-Mathias attire surtout des ouvriers agricoles, alors qu'à Chambly les notables gardent à leur service autant des ouvriers agricoles que des servantes. Ainsi, à Chambly, le notaire Antoine Grisé a trois domestiques; le seigneur Jean-Baptiste de Rouville en a trois en 1763, il avait inhumé son esclave sioux, Marie-Anne, âgée de 35 ans>, Pierre Daudegaud, coseigneur, en a quatre. Le seigneur Boucher de Niverville a une esclave noire, nommée Charlotte, et le coseigneur M. de Montizambert en a un. Bref, c'est à Chambly que les "nobles" et les grands bourgeois installent leur demeure et leur importance.
Si le fait d'avoir une domesticité rehausse le statut social, le nombre de chevaux dans l'écurie permet aussi de poser fièrement. Le cheval de monture ou de voiture qui coûte entre 70 et 100 livres pièce selon la qualité, ajoute du panache à son cavalier. Il permet au propriétaire d'étaler sa richesse devant ses pairs: 156 chevaux à Chambly; 149 à Saint-Mathias. Le coseigneur de Montizambert en a quatre; le coseigneur M. Daudegaud en a cinq. Par ailleurs, si on arrondit grossièrment les chiffres, on trouve 11/2 cheval par unité familiale. Ce qui ne constitue pas un luxe.


 
Goto Top