SHSC | Recensements - Saint-Mathias 1765
Index de l'article
La population de Saint-Mathias selon le recensement de 1765
La démarche suivie et les limites du recensement
Le territoire recensé
L'interprétation
Les notables et domestiques
Les 108 unités d'habitation
Des résidants de Beloeil recensés à Saint-Mathias
Famille qui ont résidé dans la région Chambly-Saint-Mathias et non recensés
D'origine autre que française
Quelques observations
Quelques grandes familles fondatrices
Épilogue
Références
Toutes les pages
Introduction
Le recensement de Saint-Mathias nous fait connaître les résidants desservis par la paroisse de L'Immaculée-Conception-de-la-Pointe-Olivier en 1765. Il aurait été effectué par le curé du lieu, Félix de Berrey. On doit noter qu'il englobe des "paroissiens" résidant dans les seigneuries de Rouville ou Beloeil.
Le tableau du recensement nous donne, classés sous d'autant de colonnes, le nom du chef de famille, le nombre d'hommes, de femmes, d'enfants, garçons et filles, les domestiques et les étrangers, les arpents de terre, la semence en 1765, enfin le bétail. On a recensé 108 maisons dans lesquelles habitent 112 hommes, 99 femmes, 329 enfants, 8 domestiques, aucun étranger. Saint-Mathias, 548 âmes, est plus populeux que Chambly, 533 âmes. Le territoire agricole est plus largement loti. On a concédé 10 125 arpents de terre à Saint-Mathias et on a semé 1 020 minots. A Chambly, à la même date, on avait recensé 8 766 arpents dont 1 177 ensemencés; le bétail par contre est plus nombreux à Chambly.

La démarche suivie et les limites du recensement
Pour mieux connaître l'identité des résidants, nous avons ajouté le nom de l'épouse. D'autres renseignements ont été puisés dans les greffes des notaires et les registres de paroisse; un bref commentaire ou la citation d'un acte de notaire fournit des informations supplémentaires intéressantes. L'ordre du document original a été respecté; nous y avons ajouté une numérotation, afin de faciliter la lecture.
Ce recensement nominatif n'est pas un terrier. Ainsi des propriétaires de biens-fonds à Saint-Mathias, mais qui demeurent à Chambly, sont recensés à Chambly. C'est le cas des coseigneurs Hertel, et de Michel Laguë, pour ne citer qu'un exemple.
Il semble que le recenseur ait procédé par maison, chaque résidence représentant un établissement agricole où habite une famille. Il a relevé aussi des personnes célibataires, des veufs et veuves et au moins une personne sans terre, mais tenant feu et lieu. A deux endroits, on trouve des résidences abritant deux couples sous le même toit; on suppose que le couple non identifié est un proche parent. L'inventaire ne donne pas le nom de "réfugiés" ou d'absents, comme il s'en trouvait dans d'autres localités en cette période d'après-guerre. On ne fait pas état d'Amérindiens installés dans la région. On ne sait rien des personnes handicapées ou inaptes au travail. Enfin, omission capitale, on ne donne pas l'âge des recensés.
Le recenseur a abimé l'orthographe des noms. Ce qui a causé au chercheur des "mots de têtes" pour bien identifier le recensé. Quelques personnes demeurent mal connues.

Le territoire recensé
Les recensés habitent les seigneuries de Chambly-Est, de Ramezay (Monnoir), de Rouville et de Beloeil. Ce territoire, situé sur la rive droite du Richelieu, s'étend de la paroisse de Saint-Charles-sur-Richelieu, jusqu'au-delà des limites actuelles de Saint-Athanase, et couvre ce qui est aujourd'hui Beloeil, McMasterville, Saint-Hilaire, Otterburn Park, Saint-Mathias, Richelieu, Sainte-Marie-de-Monnoir et Notre-Dame-de-Bonsecours.
Les actes des notaires de l'époque révèlent qu'en 1765 on en est encore à défricher la bande riveraine du bassin, soit le premier rang; il y a aussi des établissements le long de la rivière des Hurons, et le long du rapide Sainte-Thérèse. Mais le recensement ne précise pas la localisation. L'Île-à-l'ail a appartenu à la famille Legrain et à ses descendants.

L'interprétation
Que doit-on comprendre des chiffres donnés dans la colonne: semence en 1765? Est-ce le nombre d'arpents ensemencés ou le nombre de minots semés ? Si c'est ce dernier, de quels minots s'agit-il ? De blé seulement ? Ou aussi d'avoine et de pois ? Le recenseur voulait-il connaître l'état du défrichement ? Voulait-il savoir le rendement agricole des habitants ? Dans ce dernier cas, il aurait dû s'informer des minots récoltés tout autant que de ceux semés.
Selon le rapport du gouverneur Gage à son ministre, à Londres, il s'agit bien de la quantité de grain semé, exprimée en minots. Un autre auteur avait considéré ce chiffre, pour le recensement de Chambly, comme étant les "surfaces ensemencées" Il a fait de même pour le recensement de Saint-Mathias, publié dans la monographie de cette paroisse. Benjamin Sulte dans son Histoire des Canadiens-français, volume 7, page 123, indique bien au recensement de 1765, minots semés. Nous considérons ce chiffre comme étant les minots de blé ensemencés, en négligeant les pois et les autres céréales.
Par ailleurs, nous avons pu confronter les chiffres du recensement avec plusieurs actes notariés, des concessions, des ventes, des inventaires, des partages.
L'inventaire de feu René Barrière (no -70) fait en octobre, donc après les récoltes, nous apprend qu'il a engrangé 200 minots de blé et 32 d'avoine, qu'il a un cheval et une jument et qu'il est propriétaire d'une terre de 90 arpents en superficie, et une petite maison bien logeable avec une cheminée ferrée, valant 150 livres (Antoine Grisé: 18-10-1768). Sous la colonne "semence" en 1765, on lisait le chiffre 10. Il faut donc comprendre 10 minots semés.
L'inventaire de Joseph Bazinet (no -46) et de feue son épouse,Thérèse Bricaut, dressé par le notaire Antoine Grisé, le 30 mai 1768, démontre que les données du recensement concordent assez bien avec celles de l'inventaire, quant au cheptel possédé. Détail intéressant: Joseph Bazinet habite une maison de pierre, bien logeable, de 30 pieds de front par 31 pieds de large, avec deux cheminées, bien ferrées, valant 1800 livres. Ses voisins sont Gilles et Joseph Brouillet. (Antoine Grisé: 30-5-1768). Les données du recensement seraient donc fiables, concernant cet habitant.

Les notables et les domestiques
Chambly se démarque par le nombre de domestiques mâles et femelles au service des familles: 37 à Chambly, contre 8 à Saint-Mathias. Nous croyons que Saint-Mathias attire surtout des ouvriers agricoles, alors qu'à Chambly les notables gardent à leur service autant des ouvriers agricoles que des servantes. Ainsi, à Chambly, le notaire Antoine Grisé a trois domestiques; le seigneur Jean-Baptiste de Rouville en a trois en 1763, il avait inhumé son esclave sioux, Marie-Anne, âgée de 35 ans>, Pierre Daudegaud, coseigneur, en a quatre. Le seigneur Boucher de Niverville a une esclave noire, nommée Charlotte, et le coseigneur M. de Montizambert en a un. Bref, c'est à Chambly que les "nobles" et les grands bourgeois installent leur demeure et leur importance.
Si le fait d'avoir une domesticité rehausse le statut social, le nombre de chevaux dans l'écurie permet aussi de poser fièrement. Le cheval de monture ou de voiture qui coûte entre 70 et 100 livres pièce selon la qualité, ajoute du panache à son cavalier. Il permet au propriétaire d'étaler sa richesse devant ses pairs: 156 chevaux à Chambly; 149 à Saint-Mathias. Le coseigneur de Montizambert en a quatre; le coseigneur M. Daudegaud en a cinq. Par ailleurs, si on arrondit grossièrment les chiffres, on trouve 11/2 cheval par unité familiale. Ce qui ne constitue pas un luxe.

Les 108 unités d'habitation
1- Jacques VINCELETTE dit LABOSSIÈRE, fils de Jacques Vincelette dit Labossière, marié à Marie-René Masson à Boucherville le 1er octobre 1731. Jacques La Bossière a épousé Louise Barré, fille de Louis et de feue Josephte Bessette à Saint-Joseph, le 14 janvier 1755. Ce couple a 5 enfants, 90 arpents de terre; 15 minots semés; 2 boeufs, 3 vaches, 4 taures, 2 chevaux et 5 cochons. Il a été élu bailli en 1765. Son cousin, Jean-Marie Labossière, est recensé dans la paroisse Saint-Joseph (no -24).
2- Jean BOMBARDIER dit LABOMBARDE, fils d'André et de Marguerite Demers, avait épousé Marie Paquet, fille de François et de Marguerite Deblois à Saint-Joseph-de-Chambly le 30 janvier 1736. C'est un couple dans la cinquantaine. Il n'y a plus d'enfants à la maison; on défriche 90 arpents de terre; le chiffre 25 apparait sous l'item semence en 1765; 3 vaches, 1 taure, 1 cheval, 2 cochons.
3- Charles SENET, fils de feu Jacques et de Marie Janot, originaires de Pointe-aux-Trembles, avait épousé à 22 ans Marie-Anne Tétrot, 17 ans, fille de feu Jean-Baptiste Tétrot et d'Angélique Benoit dit Livernois, à Saint-Charles-sur-Richelieu, le 10 février 1755. Ce couple a 2 garçons et une fille et possède 90 arpents de terre dont 6 ensemencés; 1 vache, 1 taure, 1 cheval, 2 cochons. (Il habite la seigneurie de Beloeil).
4- Joseph CHABOT, fils de Michel et de Madeleine Charon, avait épousé Marguerite Maillet (Mayais) à Rivière-des-Prairies le 24 novembre 1760; ce couple a un enfant, Louis Chabot, baptisé à Saint-Joseph-de-Chambly le 8 mars 1765. Il a 90 arpents de terre en concession; 6 minots ensemencés; 2 boeufs, 1 vache, 2 moutons, 1 cheval, 2 cochons. (Ce jeune couple, récemment installé dans la région, habite la seigneurie de Beloeil).
5- Prisque PERRON, fils de Pascal et de Marie-Louise Laroche, avait épousé Louise Maillot, veuve de Pierre Duclos, sergent, et fille de Jean-Baptiste Maillot et de Marguerite Vacher, à Saint-Mathias le 19 septembre 1763. Il y a trois jeunes enfants à la maison. Le jeune couple jouit de 60 arpents de terre; ils ont 2 vaches et 2 cochons, sans doute hérités en partie de la veuve. Il n'a rien semé en 1765.
6- Jean CHARTIER, fils d'Étienne et de Jeanne Drapeau, avait épousé Françoise Bombardier, fille d'André et de Marguerite Demers à Pointe-aux-Trembles le 9 janvier 1747; ils ont cinq enfants: Étienne, Antoine, Josephte, Marie-Reine et Marie-Desanges; ce couple a 90 arpents de terre; 10 minots ensemencés; 2 boeufs, 2 vaches, 2 moutons, 1 cheval, 5 cochons. Il ne faut pas confondre avec Jean Chartier, époux de Marie Courtemanche, constructeur de moulins dans la région. (notaire Gervais Hodiesne: 29-8-1746).
7-Jean-Baptiste BESSETTE, fils de Jean et de Madeleine Plamondon, a épousé Marie-Anne Paquet, fille de Noël et de Marguerite Beaudet, à Saint-Joseph le 27 juillet 1750. Ce couple a 4 enfants, 90 arpents de terre; 15 minots semés; il a 2 boeufs, 4 vaches, 3 taures, 2 chevaux, 5 cochons.
8- Jean-Pierre LHOMME dit ARTOIS, est le fils d'Alexandre Lhomme et d'Hélène d'Hercourt, originaire de Sainte-Croix, Arras en Artois. Il a épousé Jeannette Robert, veuve de Pierre Bertrand, fille de Jacques Robert et de Jeanne Demers à Boucherville le 18 avril 1757. Ce couple a 4 enfants, dont Jeanne-Hélène, Antoine et Françoise; il possède 160 arpents de terre; 4 minots semés; 2 vaches, 2 taures, 1 cheval, 2 cochons.
9-Louis ROBERT, fils de Joseph et de Marie-Josephe Larivé, a épousé Marie-Anne Gareau, fille de Jean Gareau et de Thérèse Lebeau, à Saint-Joseph, le 9 février 1750. Il a 1 fille, 1domestique à la maison; il possède 180 arpents de terre, 16 minots ensemencés; 2 boeufs, 4 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 3 cochons. Il a été élu bailli en 1765.
10- François DUBREUIL, est un célibataire de 30 ans, fils de feu Joseph Dubreuil et de Louise-Renée Dutaut. Il possède une maison, 90 arpents de terre, 6 minots ensemencés, 1 vache et 1 cheval. Il épousera Brigitte Henry à Saint-Joseph-de-Chambly le 7 août 1769, fille de Pierre et de Marguerite Broque; il épousera en secondes noces Marguerite Simon, fille de Joseph et de Madeleine Duclos, à Saint-Joseph-de-Chambly le 7 août 1780. La mère de François, Louise Dutaut, avait épousé Jean Hautier (no -25) à Saint-Joseph-de-Chambly le 17 janvier 1757.
11- Pierre-Louis PAQUET dit LARIVIÈRE, fils de Noël et de Marguerite Beaudet. Il a épousé Isabelle Piédalue dit Prairie, fille de Julien Piédalue et de Françoise Aupry, le 7 octobre 1748 à Laprairie. On trouve 6 filles et 1 garçon à la maison; on jouit de 90 arpents de terre; 12 minots semés; il a 2 boeufs, 3 vaches, 2 moutons, 1 cheval, 3 cochons.
12- Gabriel PROVOST, fils de Louis et de Thérèse Maheu, épouse Marie-Anne Bourassa, fille de François et de feue Marie-Anne Deneau, à Laprairie le 14 novembre 1746. Ce couple a 5 jeunes enfants à la maison; 12 minots en semence; 90 arpents au total; on possède 2 boeufs, 2 vaches, 2 taures, 1 mouton, 2 chevaux et 3 cochons.
13- Nicolas MONET dit BOISMENU, fils de Nicolas et de Jeanne Viau, avait épousé Marie-Josephte Tessier dit Lavigne à Longueuil le 22 février 1745 et, en secondes noces, Marie-Anne Gouyau, veuve de Jean-Baptiste Paquet à Saint-Joseph-de-Chambly le 22 février 1762. Cette dernière est décédée à Chambly le 24 octobre 1763. Il a 4 enfants à la maison, 90 arpents de terre; 16 minots ensemencés; 2 boeufs, 3 vaches, 3 taures, 2 chevaux, 5 moutons. (notaire Antoine Grisé: 10-11-1762 et 18-11-1769).
14- Pierre FUMAT dit LAJEUNESSE, soldat du régiment de Languedoc, fils de Jean Fumat et de Claudine Moulin, originaires de Monin (?), évêché de Valence, dans le Vivarais en France, a épousé Marguerite Stébenne, fille de feu Joseph Stébenne et de Marguerite Sansoucy, à Saint-Mathias le 3 mai 1756. Ils ont 3 enfants. Les 75 arpents de terre lui ont été donnés par son beau père (notaire Antoine Grisé: 9-3-1757). Il a 2 boeufs, 2 vaches, 1 taure, 2 moutons, 2 chevaux et 3 cochons.
15- François MAILLOT dit LAROCHE, fils de Jean Maillot dit Laroche et de Marie Coulon dit Courault, est né en 1715; il a épousé Véronique Viau, fille de feu Jean-Baptiste Viau et de Suzanne Bourhis à Longueuil le 10 juin 1748. Ce couple a 1 fille, 4 garçons, 100 arpents de terre; 25 minots semés; 2 boeufs, 3 vaches, 2 taures, 4 moutons, 2 chevaux, 4 cochons. (Le recenseur lui donnait 4 filles et 1 garçon).
16- Jean-Baptiste LAPORTE, fils de Paul et de Catherine Savary, a épousé Jeanne Bessette, fille de François et de Marie-Claude Dubois, le 28 février 1745. Ce couple a 3 enfants, 1 servante à la maison; il possèderait une grande propriété de 500 arpents; 30 minots ensemencés; 4 boeufs, 4 vaches, 1 taure, 5 moutons, 3 chevaux, 4 cochons. (Antoine Grisé, 24-12-1768: Donation à Baptiste Laporte, fils).
17- Jacques THOMAS, est le fils de feu Simon Thomas et de Charlotte Lamarre. Il a épousé Marie-Amable Barré à Saint-Joseph-de-Chambly le 30 mai 1763, fille de feu Louis-Jean Barré et de Josephte Bessette. Un enfant, Amable, est né le 23 mars 1764. Jacques Thomas épousera en secondes noces Catherine Poirier, fille de Pierre Poirier et de Charlotte Lagüe le 6 février 1769 à Chambly. Ce jeune couple a reçu 90 arpents en concession, 1 taure et 1 cheval. Mais il n' a rien semé en 1765. (Voir inventaire Antoine Grisé: 23-1-1768; un Jean Thomas dit Desjardins demeure aussi dans la région: notaire Antoine Grisé: 4-10-1763).
18- Jean SELLE (CELLE) dit SANSCARTIER (dit Bourgot), soldat du régiment de Guyenne, fils d'Antoine et d'Antoinette Lafond, était originaire de Saint-Germain, diocèse de Toulouse dans le Languedoc. Il a épousé Josephte Sorel à Saint-Joseph-de-Chambly le 24 novembre 1760. Josephte Sorel était la fille de Jean-Baptiste Sorel dit Landreneau et de Josephte Viau. Ils ont trois filles, dont Catherine-Hélène et Antoinette, 22 arpents de terre; 11 minots ensemencés; 1 vache, 2 taures, 1 cheval et 2 cochons.
19- Joseph CHAVERT, soldat du régiment de Languedoc, fils de Jean-Pierre et de Catherine Thomas, a épousé Marie-Anne Paquet dit Larivière, fille de Noël-Nicolas et de Marie-Anne Arteau, le 10 janvier 1757 à Saint-Joseph. Ce couple a fait baptiser 5 enfants, dont 1 seul a survécu en 1765; il possède 90 arpents de terre; 2 minots ensemencés seulement; 1 vache, 1 taure, 1 mouton, 1 cheval, 2 cochons.
20- Jean Baptiste LARIVÉE, fils de Jean et de Marie Maillé, a épousé Françoise Larche (Larchevêque), fille de Joseph et d'Hélène Bardet à Rivière-des-Prairies le 19 février 1753. Ce couple a 5 filles et 2 garçons à la maison. Il possède 90 arpents; 6 minots ensemencés; n'a qu'une vache, 1 cheval et 2 cochons. (C'est le frère de Joseph (-22) et de Pierre (-26). Ces trois frères résident dans la seigneurie de Beloeil. Ne pas confondre avec Jean-Baptiste Larivière recensé à Saint-Joseph (no -85).
21- Jean DROGUE dit LAJOIE, 24 ans, soldat au régiment de Guyenne, fils de Jean-Baptiste Drogue et de Françoise Grosse, a épousé Marie Jasmin, 18 ans, fille de Noël Jasmin et de Jeanne Chauvin, à Saint-Charles-sur-Richelieu le 4 avril 1758. Ce couple a 4 enfants, 90 arpents de terre, 2 minots ensemencés; 1 vache, 1 taure, 1 cheval, 2 cochons. (Il habite dans la seigneurie de Beloeil).
22- Joseph LARIVÉE, fils de Jean et de Marie Maillé, épouse Charlotte Vallières, fille de Pierre et de Marguerite Gaboury, à Rivière-des-Prairies le 15 février 1751. Sans enfants à la maison, ce couple détient 75 arpents de terre dans la seigneurie de Beloeil; 7 minots ensemencés; il a 2 boeufs, 2 vaches, 1 cheval et 3 cochons. Il a été élu bailli en 1767.
23- Laurent VIAU dit LESPÉRANCE, né en 1712, avait épousé Charlotte Desnoyers (Deniger) à Longueuil en 1736, dont il était veuf; il avait épousé en secondes noces Marie Robert dit Lapierre, fille de Pierre Robert et de Marie-Reine Benoit, à Longueuil le 21 octobre 1748. Parmi les nombreux enfants nés de ces deux mariages de Laurent Viau, il ne reste en 1765 à la maison qu'un garçon; ce couple âgé possède 90 arpents de terre, 1 vache, 1 taure, 2 chevaux et 2 cochons. Ils n'ont rien semé.
24- Baptiste VÉRONNEAU, né en 1725, est le fils de Joseph et de Françoise Rougeau-Berger. Il était veuf d'Ursule Brien, lorsqu'il épousa Charlotte Viau, 16 ans, fille de Laurent Viau et Charlotte Desnoyers, le 30 avril 1753. Il y a 5 enfants à la maison, dont Jean-Baptiste et Louise. Ce couple, gendre et fille du précédent, ne possède pas de terre ni d'animaux. Ils n'ont rien semé.Vivent-ils sur la propriété de Laurent Viau?
25- Jean AUTIER (HAUTIER) dit LAVIOLETTE, soldat du régiment du Royal-Roussillon, fils de Joseph et de Marguerite Pigeon, avait épousé à 28 ans, Louise-Renée Dutaut, veuve de Joseph Dubreuil, à Saint-Joseph-de-Chambly le 17 janvier 1757. Ce couple sans enfants n'a que 45 arpents de terre, 6 minots ensemencés, 2 boeufs, 1 vache, 1 cheval, 1 cochon. Il sera inhumé à Saint-Joseph, âgé de 50 ans environ, le 1 juin 1772. (Antoine Grisé: contrat de mariage Jean Autier, 13-1-1757; 25-9-1772).
26- Pierre LARIVÉE, fils de Jean et de Marie Maillé, a épousé Suzanne Trottier (Trotel) dit Badaillac, fille de Gabriel Trotel et de Thérèse Badaillac, à Lanoraie le 19 octobre 1739. Ce couple, qui habite la seigneurie de Beloeil, a 7 enfants à la maison, 90 arpents, 12 minots semés; une paire de boeufs, 2 vaches, 1 mouton, 1 cheval, 3 cochons.
27- Antoine ROBERT dit LAFONTAINE, fils de Prudent et de Madeleine Delorme, a épousé Charlotte Vigeant, fille de Jean et de Marie-Anne Périer dit Olivier, le 22 novembre 1740 à Chambly. A la maison sont un grand garçon au dessus de 15 ans et une jeune fille; On possède 90 arpents, 12 ensemencés; 2 vaches, 1 cheval et 2 cochons.
28- Joseph PAQUET dit LARIVIÈRE, pourrait être le fils de Noël et de Marguerite Beaudet, qui a épousé Catherine Barré, fille de Louis-Jean Barré et de Josephte Bessette à Saint-Joseph le 17 janvier 1757. Catherine Barré fut inhumée à Saint-Joseph le 11 août 1758. Ce couple (remarié ?) a 2 enfants, 90 arpents de terre; 6 minots ensemencés; 1 vache, 1 mouton, 1 cheval, 2 cochons.
29- Louis LAPOINTE.Ce pourrait être Louis Desautels dit Lapointe, fils de Jean-Baptiste et de Françoise Lefebvre, qui épousera Marguerite Massé, fille de François et de Madeleine Robert à Chambly le 25 janvier 1768. Il possède 150 arpents de terre, 4 minots seulement ensemencés; 2 boeufs, 1 vache et 2 chevaux. (Louis Lapointe habite dans la seigneurie de Beloeil).
30- Jacques SENNEZAQUE (SENESAC) dit LATRANQUILITÉ, fils de Jacques et de Jeannine Dreuze de la paroisse d'Auton, diocèse d'Alençon, a épousé Josephte Brouillet, fille de Michel et de Louise Renaudet, à Saint-Joseph le 23 mai 1764; ce jeune couple a un enfant baptisé Jacques. Il détient une concession de 90 arpents; il possède une vache, 4 taures, 2 chevaux, 3 cochons. Il n'a rien semé. (Antoine Grisé: 17-8-1772; 6-10-1772).
31- François BENOIT dit LIVERNOIS, veuf de Marie-Anne Janot, fils de François et de Catherine Fontaine, avait épousé Marie-Angélique Gipoulon à Verchères le 20 octobre 1760. Il y a à la maison trois grands garçons de plus de 15 ans; on possède 90 arpents de terre; 10 minots ensemencés, 2 boeufs, 2 vaches, 2 moutons, 2 chevaux, 2 cochons. Il a été élu bailli en 1766. (Cette famille habite dans la seigneurie de Beloeil. Notaire Antoine Grisé: 13-3-1764: Inventaire de François Livernois et feue Marie-Anne Janot).
32- Louis BAIGNÉ (BEIGNET), est le fils de Louis et de Marie-Anne Bourgos, originaires de Saint-Charles. Veuf d'Angélique Corbeil, il a épousé Josephte Larivée, fille de Pierre et de Suzanne Trottier à Chambly le 30 septembre 1765. Ce couple possède 90 arpents de terre; 6 minots ensemencés; il a 2 boeufs, 2 vaches, 2 moutons, 1 vache et 2 cochons. (Il habite dans la seigneurie de Beloeil; en 1768, il fait don d'un lopin de terre pour construire une église).
33- Louis "CHELVERTIÉ".Nous croyons qu'il s'agit de Louis CHEFDEVERGUE, fils de Louis et de Marie-Françoise Dupont, qui a épousé Élisabeth Laporte, fille de Jacques et de Madeleine Paviot à Saint-Ours le 5 février 1725. Ce couple âgé n'a plus aucun de leurs sept enfants à la maison. Il possède 90 arpents de terre, 1 taure et 2 cochons. On n'a rien semé en 1765.
34- Pierre MAILLET, est le fils de Jean-Baptiste Maillet (Mayet) et de Geneviève-Barbe Abel qui a épousé (1) Élisabeth Benoit dit Livernois à Saint-Charles-sur-Richelieu le 14 février 1757, et (2) Angélique Létourneau, fille de feu Louis Létourneau et de Marie-Angélique Denoyers, à Saint-Charles le 26 août 1765. On trouve 3 enfants dans cette maison et 1 jeune domestique; 90 arpents de terre; 15 minots ensemencés; 2 boeufs, 2 vaches, 1 taure, 1 mouton, 2 chevaux, 3 cochons. (Antoine Grisé, 1-8-1765: Inventaire de Pierre "Mayet" et de feue Élisabeth Benoit, tuteur de Pierre et Élisabeth...)
35- Joseph NOYON, est le fils de Joseph et de Josephte Robert, originaires de Boucherville. Il a épousé Charlotte "Denis" Laporte, fille de Denis Laporte et de Marie Massé, et veuve depuis le 1 mai de Charles Desroches, à Chambly le 21 octobre 1765. Il y a 2 jeunes enfants, Louise et Geneviève Desroches, à la maison. Le nouveau marié a charge de 90 arpents, 12 minots semés, 1 boeuf, 3 vaches, 2 taures, 2 chevaux, 2 cochons. (Nous croyons qu'il habite dans la seigneurie de Beloeil. Inventaire Antoine Grisé: 25-3-1771).
36- Baptiste CARTIER, Il pourrait s'agir de Jean-Baptiste Chartier, fils d'Étienne qui a épousé Françoise Bombardier, fille d'André et de Marguerite Demers, le 9 janvier 1747 à Pointe-aux-Trembles. On trouve cette famille à Saint-Mathias depuis 1753. A la maison on trouve 1 grand garçon, et 1 jeune fille, 90 arpents de terre; 12 minots semés, 2 boeufs, 2 vaches, 2 taures, 2 moutons, 2 chevaux, 2 cochons.
37- Jean-Baptiste SENET, fils de Jacques et de Marie Janot, a épousé Madeleine Guyon, fille de Joseph et de Madeleine Tétrault, le 4 février 1757 à Saint-Charles-sur-Richelieu. Cette résidence abrite 4 enfants; on vit sur 90 arpents de terre dans la seigneurie de Beloeil, avec 2 boeufs, 1 vache, 2 taures, 1 mouton, 2 chevaux et 2 cochons. Il a été élu bailli en 1768 et 1769.
38- Jacques FONTENEAU dit DESMOULIN, maître maçon, célibataire, fils de Jacques et de Thérèse Chartier, originaire de Boucherville, il habite seul sa maison; il déclare ne pas avoir de terre ni d'animaux. Cependant le seigneur Louis Hertel lui avait concédé une terre de 3 arpents de front par 30 de profondeur, située entre la terre de Christophe Poitevin et Pierre Sansoucy en 1737. Il épousera Marie-Anne Desnoyers, fille de feu Pierre et de Josephte Létourneau, le 4 août 1771 (notaire François Simonet: 10-11-1737; Antoine Grisé mariage: 4-8-1771).
39- Patient JASMIN, fils de Noël et de Jeanne Chauvin, avait épousé Marie Bombardier, fille de Jean et de Marguerite Paquet à Saint-Mathias, le 22 mai 1755. Il n'y a pas d'enfants à la maison; 45 arpents de terre, 1 seul minot ensemencé, 1 vache, 1 cheval et 1 cochon. (Antoine Grisé: Vente par Patient Jasmin à Jean Chalifour, le 24-2-1765).
40- Antoine MONTALON (VANTALON) dit CLERMONT, soldat de la compagnie de M. Benoit, originaire de Gligeneu, Clermont en Auvergne, fils de Jacques et de Marie Merville, épouse Marguerite Davignon, fille de François et de Madeleine Maillot, à Chambly le 7 janvier 1760. Ce jeune couple a 3 enfants dont Jean et Marguerite; il possède 90 arpents de terre, 1 vache, 1 taure, 1 cheval et 1 cochon. (Vente: Antoine Grisé: 9-11-1768).
41- Raymond CALMET dit JOLIBOIS, soldat de la compagnie du sieur Demui, originaire de Cahors, fils d'Antoine et d'Antoinette Lacorne, avait épousé Geneviève Caris, indienne panis, qui demeurait chez M. DeMuy, commandant du fort de Chambly, à Saint-Joseph le 24 juillet 1752. Il épousera (2) Catherine Choinière, fille de Joseph Choinière et de Catherine Laporte à Saint-Joseph le 4 octobre 1756. Cette famille a 2 enfants, 90 arpents de terre, 1 vache et 1 cheval.
42- Joseph FORAND, fils d'André et de Jeanne Vaudry, avait épousé Anne-Thérèse Bricaut, fille de Jean-Baptiste et de Pétronille Janot à Pointe-aux-Trembles le 20 février 1748; il épousera par la suite Marie Brouillet à Saint-Joseph-de-Chambly le 11 août 1777. Ce père de famille de 45 ans a 7 enfants dans sa maison; il possède 180 arpents de terre; 18 minots semés; 2 boeufs, 2 vaches, 2 taures, 2 moutons, 1 cheval et 3 cochons. Il est le cousin de Charles Desroches (No -35). Il a été élu bailli en 1766. Ce nom est orthographié: Horang, Foron, Corond. (Antoine Grisé: 20-3-1770).
43- Joachim MARSERIN (sic).Quoiqu'il y ait un farinier du nom de Pierre Mercereau à Chambly vers 1740, nous croyons qu'il s'agit de Jacques Mercereau (Merceron), charpentier, époux de Marie-Louise Lefebvre, et père de Marie-Louise, originaires de Saint-Pierre de Sorel. Il y a dans cette résidence: 1 homme, 1 femme et 1 enfant; 60 arpents de terre, 2 boeufs, 1 vache, 1 taure, 1 cheval, 2 cochons.
44- Jean-Baptiste VIENS, fils de Pierre-Jean et de Marguerite Casse, a épousé Charlotte Legrain, fils d'Adrien et de Thérèse Stébenne le 5 février 1742 à Chambly. Il est capitaine de milice. Il y a 5 enfants au dessus de 15 ans avec leurs parents dans cette maison; 90 arpents de terre; 10 minots semés; 2 boeufs, 4 vaches, 2 taures, 3 moutons, 3 chevaux et 3 cochons. (Antoine Grisé: 1-6-1761, 12-10-1763).
45- François GAUTHIER dit SAINT-GERMAIN, fils de Jacques et de Louise Tessier, a épousé Angélique Catudal, veuve de Charles Renault, fille de Jean Catudal dit Saint-Jean et d'Angélique Sabourin, à Saint-Joseph-de-Chambly le 10 septembre 1764. Un seul enfant; 60 arpents de terre, 2 vaches, 1 taure, 1 cheval et 2 cochons.
46- Joseph BAZINET, fils d'Antoine et de Gertrude Senet, veuf de Marguerite Loiselle, a épousé (2) Thérèse Bricaut dit Lamarche, fille de Joseph et d'Élisabeth Archambault, à Pointe-aux-Trembles le 9 janvier 1756. On a 5 enfants, 60 arpents de terre; 15 minot de grains semés, 4 boeufs, 3 vaches, 4 taures, 5 moutons, 2 chevaux, 3 cochons. Il a été élu bailli en 1765. (C'est le frère de Antoine, no -63; Inventaire de Joseph Bazinet: Antoine Grisé: 30-5-1768).
47- Jean SOUTIÈRE, dit LAGIROFLÉE, soldat de la compagnie de M. Demuy, fils de François et de Catherine Labale, a épousé Agathe Davignon, fille de François Davignon dit Beauregard et de Madeleine Maillot le 7 janvier 1756. On a 2 enfants, 90 arpents de terre et un cheval. (Antoine Grisé: 8-6-1761).
48- Pierre MASSÉ, est le fils de François Massé et de Madeleine Robert, marié à Marie-Anne Girard, fille d'Étienne Girard et de Geneviève Brunelle, le 16 juin 1755 à Saint-Mathias. Ce couple a 4 enfants, 120 arpents; 6 minots semés; 2 boeufs, 2 vaches, 1 mouton, 2 chevaux, 2 cochons.
49- Pierre MASSÉ dit SANCERRE, est le fils de Jean Massé et de Marie Beaudet. Il a épousé Catherine Robert, fille de Prudent Robert et de Madeleine Delorme, le 18 août 1749 à Chambly, de qui il a eu 6 enfants. On possède 120 arpents de terre; 15 minots semés; 2 boeufs, 3 vaches, 1 taure, 3 chevaux et 4 cochons. Il a été élu bailli en 1765.
50- Charles BESSETTE, fils de François Bessette et de feue Marie Legrain, a épousé Marie-Antoinette Benoit dit Livernois, fille de feu Étienne Benoit et de feue Charlotte Clément, à Boucherville le 22 novembre 1762. Une enfant du nom de Catherine, 90 arpents 1 cheval et 1 cochon.
51- Joseph CHOINIÈRE (CHAUNIÈRE) dit SABOURIN, est le fils de Jean Chaunière dit Sabourin et de Françoise Voyne; il a épousé Marie-Anne Laporte, fille de Paul et de Catherine Savary, le 6 janvier 1739 à Chambly. Il y a 7 garçons à la maison; 90 arpents; 4 minots semés; 1 vache, 1 cheval , 2 cochons. Il est apparenté à Jean-Baptiste Catudal ( -92) et, par sa femme, à la famille Laporte (nos -16 et -75).
52- Jean GOYETTE, n'a pas de femme, ni d'enfants, 55 arpents de terre seulement sans animaux. Il peut s'agir de Jean-Baptiste Goyette (Goguet), fils de Jacques et de Madeleine Plouffe, qui épousera Marguerite Hébert, veuve de Pierre Haché, à Chambly le 19 septembre 1768. Pourrait-il s'agir aussi de Claude Goguet (Goyette), qui était veuf de Rosalie Martel ,et veuf en secondes noces de Louise-Madeleine Lefort? (Concessions par M de Rouville à Claude Goguet: Antoine Grisé: 8-11-1760; 22-2-1763).
53- Claude-Honoré MARTEL, fils de Joseph-Alphonse et de Marguerite Groinier, a épousé le 3 septembre 1733 Marguerite Lehoux dit Laliberté à Rivière-des-Prairies. Ce couple a 2 enfants, 90 arpents; 15 minots semés, 2 boeufs, 3 vaches, 2 taures, 3 moutons, 2 chevaux, 3 cochons. Sa fille Marie-Agathe Martel a épousé Joseph Béique dit Lafleur le 22 novembre 1756 à Chambly.
54- Louis VIGEANT dit TAUPIER, fils de Jean et de Marie-Anne Perrier, a épousé Thérèse Laporte, fille de Paul et de Catherine Savary, le 3 novembre 1751. Ce couple a 5 enfants, 140 arpents de terre; 12 minots semés, 2 boeufs, 3 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 3 cochons.
55- Pierre SAINT-GERMAIN, Il s'agit vraisemblablement de Pierre-André Ponton dit Saint-Germain, soldat, marié à Marie-Jeanne Thomas, fille de Paul et de Marie-Josephe Barbot, le 19 janvier 1756 à Montréal, et de leurs 2 enfants, François 7 ans, Élisabeth 4 ans, baptisés à Chambly. On possède 90 arpents, 2 taures, 2 cochons. Il n'a rien semé. (Antoine Grisé: 10-7-1764, Vente par Pierre-André Ponton dit Saint-Germain et Marie-Jeanne Thomas à François Béique dit Lafleur).
56- Joseph MORIN, fils de Mathieu et de Madeleine Provost, a épousé Marie-Anne Claveau, fille de Joseph et de Marie Maillot, à Saint-Mathias le 21 février 1746. Il épousera en secondes noces Marie-Josephte Bombardier le 30 septembre 1776 à Chambly. Il est veuf, lors du recensement; il a 6 enfants dans la maison, 80 arpents de terre et 1 cheval. Il n'a rien semé. Marie Claveau avait été inhumée, âgée de 40 ans, le 9 octobre 1763 à Saint-Joseph. (Un autre Joseph Morin demeure à Saint-Mathias; il est aussi le fils de Mathieu Morin et de Thérèse Riquier, et a épousé Marie Perron, fille de Pascal et de Louise Laroche, à Saint-Mathias le 10 mai 1762. Il n'a pas été recensé).
57- Joseph BOMBARDIER, dit LABOMBARDE, fils de André et de Marguerite Demers, avait épousé Marie Thibault le 9 février 1750, et en secondes noces, Françoise Fontaine, fille d'Étienne Fontaine et de Marthe Denau à Saint-Mathias le 4 février 1760. Ce couple a 2 enfants, 1 domestique, et il garde 1 vache et 1 cheval. Il n'a rien semé, puisqu'il ne possède pas de terre.
58- Dominique OSTIGUY, fils de Jean et de Catherine Chaussé, originaire de la région de Bayonne en France, a épousé Marguerite Parent, fille de Pierre et de Catherine Sansouci, à Saint-Mathias le 7 octobre 1754; on trouve à la maison 3 enfants, 80 arpents de terre, 2 boeufs, 2 vaches, 1 taure, 1 cheval et 2 cochons.
59- Jacques LAMPE, soldat de la compagnie de Lusignan, fils de François et Anne Passepont de Puys (?) en Auvergne, a épousé Marie Raymond, fille de Charles et de Marguerite Dany, au fort Saint-Frédéric le 12 mai 1755. Ils ont 3 enfants dont Antoine et Pierre-Joseph; une servante à la maison, 90 arpents de terre, 1 vache, 1 taure, 1 cochon. Il n'a rien semé.
60- Louis NEVEU, fils de François et Louise Deblois, marié à Saint-Mathias le 2 février 1741 à Marie-Anne Bourdet, fille de Nicolas et Marie-Anne Beausoleil. Il y a 6 enfants à la maison. Il détient 90 arpents de terre; 10 minots ensemencés; il possède aussi 2 boeufs, 3 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 2 cochons. (Antoine Grisé: 1-6-1761: une terre à Richelieu).
61- François BARRÉ, est le fils de Louis Barré et de Marie-Josephte Bessette, marié à Louise Larocque, fille de Guillaume et de Jeanne Boivin, le 23 août 1756 à Saint-Joseph. Ce couple a 3 enfants, 90 arpents de terre; 6 minots ensemencés; 2 boeufs, 2 vaches, 1 taure, 1 cheval et 3 cochons. (Antoine Grisé contrat de mariage: François Barré 23 ans, et Louise-Amable Larocque 22-8-1756)
62- Jean-Baptiste RENAUD, serait le fils de André-René et Madeleine Carbonneau, marié à Catherine Laporte le 26 janvier 1739 à Contrecoeur, et remarié (2) à Thérèse Monette le 12 février 1748 à Saint-Denis-sur-Richelieu. Il y a deux enfants dans cette maison; on détient 60 arpents de terre, 1 taure et 1 cheval. Mais on a rien semé en 1765.
63- Louis-Antoine BAZINET, fils d'Antoine et de Gertrude Senet, a épousé Marguerite Béique dit Lafleur, fille de feu Joseph et de Catherine Masson, à Saint-Joseph le 11 février 1760. Ils ont 3 enfants, Julie, Antoine et Pierre, 90 arpents de terre, 2 boeufs, 2 vaches, 2 chevaux et un cochon. C'est le frère de Joseph (no -46). (Antoine Bazinet habite dans la seigneurie de Beloeil. Antoine Grisé: 3-8-1765)
64- François LETREFILE, fils de Pierre (anglais d'origine) et de Marie Brunelle, avait épousé Marie Parent, fille de Pierre et de Catherine Sansoucy, à Chambly le 29 janvier 1753. Il épousera en secondes noces, Marie Lavoie, fille d'Augustin et d'Angélique Duchesne, le 8 février 1768. Ils ont 5 enfants, 165 arpents, dont 15 sont en semence, une paire de boeufs, 2 vaches, 2 taures, 1 mouton, 2 chevaux et 1 cochon. (Antoine Grisé: 16-8-1766, 14-4-1773: Deux inventaires de François Letrefile).
65- Pierre-Denis LAPORTE, fils de Denis Laporte et de Marie Massé, a épousé (1) Marie-Anne Benoit-Livernois, fille de François Benoit et de Marie-Anne Gaudry, le 28 octobre 1754 à Saint-Charles. Il a épousé en secondes noces Josephte Viens, fille de Pierre Viens et de Catherine Cantara, le 21 octobre 1765 à Saint-Joseph. Ils n'ont pas d'enfants à la maison; ils détiennent 75 arpents de terre, mais aucun bétail. (Antoine Grisé, 10-12-1767: Vente par Pierre-Denis Laporte à Louis Stébenne).
66- Maxime MORIN, habite seul sa maison; il n'a pas de propriétés, ni d'animaux. Il s'agit vraisemblablement de Mathieu Morin, 68 ans, en 1765, qui avait épousé en troisièmes noces Thérèse Riquier le 3 février 1739 à Varennes. Je n'ai pas retrouvé l'acte de décès de son épouse. Son fils Joseph a épousé Louise Perron à Chambly en 1762; sa fille Thérèse a épousé le soldat Jean Bourseau (no -71). Un autre fils du nom de Joseph Morin a épousé Marie-Anne Claveau (no -56).
67- MÉNARD, serait le fils de Jean-Baptiste et de Françoise Lebeau de Boucherville; il a épousé Marie-Jeanne Aupry, fille de François Aupry et de Marie-Jeanne Rive, le 10 janvier 1757 à Laprairie. Ce couple a 4 garçons, 90 arpents de terre; 8 minots ensemencés, 2 vaches, 2 chevaux, 2 cochons. Un Maurice (?) Ménard est élu bailli en 1767, 1768, 1769 et 1770 à Saint-Mathias.
68- Joseph PIEDALUE dit PRAIRIE, fils de Julien et de Françoise Aupry, a épousé Marie-Anne Bourassa, fille d'Antoine et de Marie-Anne Moquin, le 13 janvier 1755 à Laprairie. On a 1 jeune garçon à la maison; 90 arpents; 30 minots ensemencés; on possède 4 boeufs, 4 vaches, 2 moutons, 2 chevaux et 4 cochons.(A. Grisé: 17-1-1764) (Joseph Piédalue a aussi été recensé à Saint-Joseph: no -49).
69- André BESSETTE, Il s'agirait plutôt de Clément Bessette, fils de François et de Marie-Claude Dubois, marié à Saint-Joseph le 18 juin 1753 à Charlotte Lamoureux, fille de Pierre et d'Angélique Robert. On a recensé 4 jeunes garçons, 90 arpents de terre; 15 minots ensemencés; 2 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 3 cochons.
70- René BARRIÈRE dit LANGEVIN, fils de René et de Agathe Laporte, a épousé Louise Laporte, fille de Paul et de Catherine Savary, le 25 février 1754 à Saint-Mathias. Il y a 2 garçons et 7 filles à la maison; on possède 90 arpents, 10 minots semés; on élève 2 boeufs, 2 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 2 cochons. (Inventaire de Louise Laporte, épouse de feu René Barrière: Antoine Grisé: 18-10-1768).
71- Jean BOURSAULT dit DESLAURIERS, soldat, au régiment du Royal-Roussillon, fils de Jacques et de Françoise Rachaux, a épousé à 40 ans, Marie-Thérèse Morin, âgée de 15 ans, fille de Mathieu Morin et de Marie-Thérèse Riquier à Saint-Mathias le 8 janvier 1759. Ils ont 3 enfants, Marie-Amable, Pierre et Jean. Ils détiennent 90 arpents de terre, 2 boeufs, 2 vaches, 1 taure, 1 cheval et un cochon. (Antoine Grisé, 7-1-1759; Mariage de Jean Bourseau dit Delorier, 40 ans, soldat du régiment Royal-Roussillon et Thérèse Maurin, 15 ans...) (Grisé:1763: Donation à Joseph Maurin et Jean Bourseau...Désistement: 6-5-1767).
72- Ante GELAU (?), Dans cette maison, on ne recense pas d'homme, mais une femme seulement, qui possède 300 arpents de terre; 20 minots semés; il y aurait 9 enfants à la maison. On élève 2 boeufs, 3 vaches, 1 taure, 2 chevaux et 6 cochons. Sur une si grande propriété, pourrait-il s'agir d'Angélique "BAU", née BESSETTE, veuve de Louis LEBEAU, qui a été inhumé à Saint-Joseph, âgé de 45 ans le 24 octobre 1760? Ce couple, marié le 24 novembre 1739, à Chambly, avait eu plusieurs enfants; et il n'est pas recensé à Saint-Mathias. (Un personnage du nom d'Antoine Gilot est présent à trois baptêmes à Saint-Joseph-de-Chambly en 1764 et 1765. Serait-il un résident d'une seigneurie le long du lac Champlain?).
73- Louis CADIEU, c'est le fils de Jean-Baptiste Cadieu et de Marie-Jeanne Beaudry, né en 1720, qui a épousé Marie-Thérèse Claveau dit Langevin, née en 1728, fille de Joseph et de Marie Maillot, vers 1750. On a recensé 2 garçons et 2 filles; on possède 90 arpents; 12 minots ensemencés; on élève 2 boeufs, 3 vaches, 2 chevaux et 4 cochons. (Louis Cadieu sera inhumé le 19 mai 1801 à Saint-Mathias; Joseph et Louis Cadieux, ses deux fils, continueront la lignée à Saint-Mathias: Mémoires, vol 41, p. 305).
74- Joseph BROUILLET, Il y a un homme et une femme, mais il n'y a pas d'enfant à la maison, il y a par contre un domestique; on possède 180 arpents de terre; 20 minots ensemencés, 2 boeufs, 2 vaches, 2 taures, 4 chevaux et 4 cochons. (Je n'ai pu identifier ce couple. Quatre familles Brouillet, celles des frères Jean-Baptiste, Pierre et Gilles, ainsi que Michel Brouillet, un cousin, ont fait enregistrer des naissances et des sépultures à Chambly à cette époque et n'ont pas été recensées. Hodiesne, 30-9-1743; 9-5-1746; Joseph Brouillet a été élu bailli en 1770).
75- Joseph LAPORTE.Fils de Paul Laporte et de Catherine Savary, il a épousé Louise Coulon, fille de François et de Josephte Drusson à Saint-Joseph le 28 octobre 1754. Il a 3 enfants, 90 arpents de terre reçus en concession de Mme Beaulac, le 15 juillet 1760, situés entre les terres d'Antoine Saint-Germain et de François Bessette. 10 minots ensemencés; il possède 3 vaches, 2 chevaux et 1 cochon. (notaire Antoine Grisé: 15-7-1760).
76- Pierre DUTOUR, est le fils de Jean-Pierre et de Marie Parent. Il a épousé Madeleine Monplaisir, fille de Nicolas et de Catherine Guertin le 9 septembre 1748 à Saint-Charles-sur-Richelieu. Marguerite, Charlotte, Louis, Cécile et François Dutour sont les enfants de ce couple; on possède 70 arpents, 10 minots ensemencés; 2 boeufs, 2 vaches, 1cheval, 3 cochons.
77- Jean-Marie BOISVERT.Il y aurait deux couples sous ce toit et 4 enfants; Il s'agit de Jean-Marie Boisvert, fils de feu Jean et de feue Marie Abel, marié (1) à Marie-Jeanne Dumas le 22 avril 1754 à Laprairie, et marié (2) à Élisabeth Bernard, fille de Pierre Bernard dit Lajoie et de feue Marguerite Durand dit Demarchais le 6 mai 1761 à Saint-Mathias. Les enfants sont Geneviève, Jean-Baptiste, Cécile et Marguerite Boisvert. On cultive 180 arpents; 20 minots ensemencés; on possède 2 boeufs, 4 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 2 cochons. (Je n'ai pas pu identifier l'autre couple. Jean-Marie Boisvert est le beau frère de Pierre-Michel Parent (no -78) Pierre Bernard dit Lajoie habite dans la seigneurie de Beloeil en 1768).
78- Pierre-Michel PARENT (1725-1772), fils de Pierre Parent et de Catherine Sansouci, est maître-menuisier. Il a épousé Geneviève Bernard, fille de Pierre Bernard dit Lajoie et de Marguerite Durand à Boucherville le 10 mai 1751. On relève 4 enfants; leur terre est de 160 arpents; 9 minots ensemencés; ce couple possède 2 boeufs, 1 vache, 2 chevaux, 1 cochon. Pierre-Michel Parent décèdera à Détroit le 1 octobre 1773. L'autre couple qui vit sous ce toit pourrait être Pierre Parent, père, et Catherine Sansouci, son épouse. (Antoine Grisé: 1-4-1764 et 6-8-1764: Ventes par Pierre Parent à Nicolas Laguë et à Jacques Sancerre dit Massé)
79- Louis PARENT, fils de Pierre et de Catherine Sansouci, a épousé à Saint-Joseph-de-Chambly le 9 novembre 1750 Marie-Amable Laporte, fille de feu Denis Laporte et de Marie Massé. Ils ont 3 garçons et une fille, 60 arpents; 4 vaches, 1 mouton, 2 cochons.
80- Jean-Baptiste BARRÉ, fils de Louis-Jean Barré et de Madeleine (Josephte) Bessette, a épousé (1) Jeanne Renaud, le 3 février 1749. Il a ensuite épousé (2) Agathe Larocque dit Lafontaine, fille de Guillaume et de Jeanne Boivin le 29 octobre 1753 à Saint-Joseph. On a 5 enfants à la maison, 70 arpents de terre; 15 minots sont semés, 2 boeufs, 2 vaches, 2 taures, 1 mouton, 2 chevaux, 3 cochons.
81- Joseph CHOINIÈRE (CHAUNIÈRE) dit SABOURIN.Cet homme n'a pas de femme ni enfants; il possède 90 arpents de terre et une taure. Difficile à identifier, il pourrait s'agir de Joseph Choinière, fils de Joseph et de Marie-Anne Laporte, marié à Marie Paquet, fille de François et de Madeleine Coulon à Chambly le 12 janvier 1768. Il n'a rien semé en 1765.
82- Jean BERTRAND, fils de Jean et de Marie Jaffrette, épouse Élisabeth Legrain dit Lavallée, fille de Charles et de Thérèse Stébenne à Chambly le 22 juin 1741. Ce couple déclare avoir 5 enfants, 1 domestique à la maison, 140 arpents de terre; 18 minots ensemencés; 2 boeufs, 4 vaches, 2 taures, 3 moutons, 2 chevaux, 3 cochons. (Jean Bertrand, capitaine de milice de Saint-Olivier, est inhumé, âgé de 57 ans, à Saint-Joseph le 21 avril 1777; il avait été élu bailli en 1765).
83- Baptiste VIGEANT dit TAUPIER, fils de Jean et de Marie-Anne Perrier; il a épousé Charlotte Bessette, fille de François et de Marie-Claude Dubois, le 4 novembre 1743. Ce couple a 2 enfants, 80 arpents de terre, 12 minots ensemencés; 2 boeufs, 2 vaches, 1 taure, 2 moutons, 2 chevaux, 2 cochons.
84- Antoine MAILLOT, est veuf de Françoise Ménard, fils de Jean Maillot, et de Marguerite Vacher dit Lacerte. Il a épousé Julie Coulon, fille de François et de Josette Robert-Drousson, à Saint-Mathias le 24 janvier 1763. Il y a trois filles à la maison, 60 arpents de terre, 10 minots ensemencés, 2 boeufs, 2 vaches, 2 chevaux et 2 cochons.
85- Pierre LAMOUREUX.Il s'agirait de Pierre-Adrien Lamoureux, fils d'Adrien et de Denise Véronneau, qui avait épousé Josephte Daunais, fille de Pierre-Antoine et de Marguerite Robert, le 3 octobre 1735 à Boucherville. Il y a dans cette maison 3 garçons âgés de plus 15 ans, 1 jeune garçon et 2 filles; on a 60 arpents de terre, 2 boeufs, 1 vache, 2 moutons, 2 chevaux, 2 cochons. (Ce couple détient des terres dans la seigneurie de Beloeil. Une fille, Adrienne, épousa Louis Lacoste, le 12 janvier 1761 à Chambly. Un fils, Pierre Lamoureux, épousa Françoise Caty à Chambly le 25 juin 1764. Ne pas confondre avec Pierre Lamoureux, capitaine de milice, recensé à Saint-Joseph, no -30).
86- Laurent ROBERT dit LAFONTAINE, est le fils de Prudent Robert et de Madeleine Delorme, qui a épousé Charlotte Cadieu, fille de Augustin Cadieu et de Catherine Lebeau, à Saint-Joseph le 12 janvier 1761. On n'a pas d'enfants; on possède 60 arpents de terre; 4 minots ensemencés; on a 2 boeufs, 2 vaches, 1 cheval et 2 cochons.
87- Pierre BLEAU (BLOT), a épousé Marguerite Benoit, fille de Philippe Benoit, navigateur, et de Marguerite Sivadier, à Québec le 20 août 1753. Il y a un enfant mâle à la maison; on possède 90 arpents de terre; 10 minots de grains ensemencés, mais aucun animal. (Son beau-père, Philippe Benoit, a été inhumé à Saint-Mathias, âgé de 56 ans, le 23 juin 1762).
88- Jean-Marie MARIER, maître charpentier, fils d'Antoine Lemarier et de Marie-Louise Dubeau, a épousé Josephte Coulon, fille de François Coulon et de Josephte Robert-Drousson le 21 janvier 1760 à Saint-Mathias. Il a deux garçons et 90 arpents de terre, acquis par achat de Joseph Rainville, maître forgeron, le 15 mars 1765. (notaire Antoine Grisé, acte no 508). Il n'a aucun bétail, et n'a rien semé.
89- Jacques BOMBARDIER dit LABOMBARDE, fils de Jacques et de Françoise Thibault, a épousé Charlotte Goyette, veuve de Joseph Claveau, fille de Claude et de Louise Lefort, le 30 mai 1763 à Chambly. Il a 75 arpents de terre; 2 boeufs, 1 vache, 1 taure, 2 moutons, 1 cheval, et 1 cochon. (Antoine Grisé: 18-7-1768, Abandon des biens par les enfants de Jacques Bombardier à Joseph, leur frère).
90- Louis ROBERT dit LAFONTAINE, fils de Prudent Robert dit Lafontaine et de Madeleine Fafard dit Delorme, a épousé Marie Lebeau, fille de Mathurin Lebeau et Marie Lesueur, à Chambly le 2 février 1750. Il a 4 filles et 3 garçons. Il possède 60 arpents; 33 minots ont été semés, 1 vache et 1 cheval. Il avait été élu bailli en 1765.
91- Jacques CATUDAL dit SAINT-JEAN, habite seul sa maison; C'est vraisemblablement le fils de Jean Catudal et d'Angélique Chaunière, qui épousera Marie-Geneviève Vilmère, fille de Nicolas et de Marie-Anne Galarneau, à Chambly le 4 août 1766. Il détient 90 arpents de terre; 15 minots semés; 4 boeufs, 3 vaches, 1 taure, 4 moutons, 3 chevaux, 3 cochons.
92- Jean-Baptiste CATUDAL dit SAINT-JEAN, soldat de la compagnie de M. Duplessis, a épousé Angélique Choinière dit Sabourin, fille de Jean Sabourin et de Françoise Voyne, à Saint-Joseph le 18 juillet 1728. Ce vieux couple a deux filles, dont Louise qui épousera François Ledoux le 15 novembre 1766; on a recensé 90 arpents; 10 minots semés; 1 vache, 1 taure, 2 moutons, 1 cheval et 1 cochon. (Les Catudal auraient été les premiers habitants de Beloeil).
93- François BÉIQUE dit LAFLEUR, fils de Joseph et de Catherine Masson, a épousé Louise Goyette, fille de Claude et de Louise Lefort, à Saint-Mathias le 31 mars 1761. Ils n'ont qu'un enfant du nom de François, 90 arpents de terre; 2 boeufs, 3 vaches, 1 cheval, 2 cochons.
94- Joseph STÉBENNE, Il y a deux hommes adultes dans cette maison; Joseph Stébenne, fils de feu Joseph et de Marguerite Sansoucy, a épousé Marie-Barbe Vallière, fille de feu Antoine Vallière et de feue Suzanne Boulerice, à Saint-Mathias le 17 novembre 1760; il a une fille d'environ 3 ans, Marie-Barbe; 90 arpents; 18 minots en terre, 1 boeuf, 1 vache, 1 taure, 2 chevaux, 3 cochons. (L'autre adulte dans la maison pourrait être son frère, Pierre Stébenne).
95- Jacques GAUTHIER dit SAINT-GERMAIN, fils de Jacques et de Louise Tessier, épouse Josephte Quenneville, fille de Louis et Josephte Benoit-Livernois, à Longueuil le 22 janvier 1748; il y a deux garçons et deux filles à la maison; .il possède 90 arpents, 12 minots semés; 2 vaches, 1 taure, 2 chevaux, 4 cochons. (Antoine Grisé: 22-7-1765: vente par Jacques et Louis Gauthier dit Saint-Germain à Jean-Baptiste Sorel dit Larose, son beau-frère...)
96- Charles MASSÉ, fils de feu François Massé et de Madeleine Robert, a épousé Catherine Choinière dit Sabourin, fille de feu Jean et de Barbe Quenneville, le 6 juillet 1761 à Saint-Mathias. Ce couple a inhumé deux jeunes bébés naissant en 1763 et 1764. Le recenseur déclare qu'il n'y a pas d'enfants; il détient 40 arpents; 12 minots ensemencés; 2 boeufs, 1 vache, 2 chevaux et 2 cochons.
97- François MATTE (MASSÉ?), Il s'agirait de la famille de feu François Massé, fils de Jean et de Marie Beaudet, marié à Madeleine Robert, fille de Prudent Robert et de Madeleine Delorme, le 8 novembre 1728. Madeleine Robert a marié en secondes noces Jean-Baptiste Larivière (no -20). Il y a dans la maison un homme, une femme et 3 enfants. Ce couple pourrait être Jacques Massé et Josephte Lavoie, mariés le 30 janvier 1758. On possède 360 arpents; 26 minots semés, 4 boeufs, 7 vaches, 2 taures, 12 moutons, 2 chevaux et 3 cochons. C'est le plus grand propriétaire terrien de Saint-Mathias. (Voir:-48, -49, -80)
98- Antoine BRICAUT dit LAMARCHE, veuf depuis le 15 janvier 1765. C'est le fils de Joseph et d'Élisabeth Archambault, qui avait épousé Marie-Anne Janot, fille d'Antoine Janot dit Lachapelle et de Jeanne Galipeau à Pointe-aux-Trembles le 9 octobre 1747. Il a 3 garçons de plus de 15 ans; possède 90 arpents de terre, 2 boeufs, 1 vache, 1 cheval, 2 cochons. (C'est le beau-frère de Joseph Bazinet (no -46) Antoine Grisé: concession de 3 arpents de front par 40 arpents de profondeur le 1-10-1761 et inventaire, 30-5-1768. Antoine Bricault est voisin au nord-est de Pierre Sansoucy, no -99).
99- Pierre SANSOUCY.Il s'agit de Pierre Langlois, fils de Guillaume "Gemme" dit l'anglais-sansoucy et de Catherine Limousin dit Beaufort; il a épousé Madeleine Simon-Léonard, fille de Léonard Simon et de Suzanne Chaperon à Pointe-aux-Trembles le 4 août 1744. Il a 6 enfants, Angélique, Anne, Marguerite, Thérèse, Charles et Marie-Amable; il possède 90 arpents; 15 minots ensemencés, 2 vaches, 2 taures, 1 cheval, 2 cochons. C'est l'ancêtre des familles Gemme. (Antoine Grisé: 1-10-1761)
100- Alexis DUCLOS, fils de feu Pierre Duclos et de Charlotte Durivage, a épousé Agathe Charon dit Cabanac, veuve de Christophe Raveline et fille de feu Antoine et de Thérèse Charon, à Saint-Charles-sur-Richelieu le 8 février 1762. Ce couple a 2 enfants, 45 arpents de terre; 12 minots de grains en terre, 1 vache, 1 cheval, 2 cochons.
101- JOLICOEUR, il s'agirait de Louis-Alexandre MONAST dit JOLICOEUR, fils de Laurent et de Marie Étis, d'Aulas, Languedoc, marié à Angélique Viau, fille de Laurent et de Charlotte Desnoyers à Saint-Mathias le 14 février 1757. Ce couple a 3 enfants, 45 arpents; 15 minots de blé semés; 2 boeufs, 1 vache, 1 cheval et 2 cochons. (Le recenseur avait écrit "Jollie Caut").
102- François POIRIER, capitaine de milice, fils de Daniel et de Catherine Viger, épousa (1) Madeleine Demers à Montréal le 18 juin 1726, et (2) Marie-Louise Legras, fille de Jean et de Geneviève Maillet, à Saint-Joseph-de-Chambly le 30 avril 1753; Ses 7 enfants ont quitté la maison. Ce couple agé entretient 60 arpents de leur concession et n'a pas d'animaux. 12 ensemencés. (Antoine Grisé: 23-4-1770: Inventaire de Pierre Poirier).
103- Louis MÉNARD.Il y a un homme, une femme, deux jeunes hommes de plus de 15 ans à la maison et 2 filles. On possède 180 arpents de terre; 30 minots semés; 2 boeufs, 3 vaches, 2 taures, 2 chevaux et 4 cochons. Difficile à identifier, ce pourrait être Louis Ménard marié à Josephte Patenaude à Longueuil le 9 juin 1748, et ses deux fils: Louis (marié à Thérèse Dufault, à Longueuil le 19 août 1776) et Pierre (marié à Marguerite Piédalue le 20 août 1781 à Chambly).
104- Ambroise TROUILLET dit LAJEUNESSE, fils de Louis et de Marie-Anne Dubois, avait épousé Françoise Claveau dit Langevin à Saint-Mathias le 27 juillet 1750; il a épousé par la suite Marie Goguet (Goyette), veuve de François Bessette à Saint-Mathias le 13 juillet 1761. Il y a 5 enfants à la maison; ce couple possède 75 arpents de terre, 2 vaches, 1 taure, 2 chevaux et 1 cochon.
105- Jean-Baptiste CHOINIÈRE (CHAUNIÈRE) dit SABOURIN, fils de feu Jean Choinière dit Sabourin et de Barbe Quenneville, a épousé Marie-Josette Papineau, fille de François et de Josette Vautour à Saint-Mathias le 4 novembre 1760. Ce couple a 3 enfants, 80 arpents de terre; 12 minots ensemencés, 2 boeufs, 1 vache, 1 taure, 2 chevaux, 2 cochons.
106- Jean-Baptiste STÉBENNE, fils de feu Joseph et de Marguerite Sansoucy, avait épousé Marie-Josephte Massé, fille de François Massé et de feue Madeleine Robert, à Saint-Joseph le 15 février 1762. Il est veuf, mais a charge de 2 enfants: Marie-Josephte et Jean-Baptiste. Son épouse Marie-Josephte Massé a été inhumée à l'âge de 20 ans à Saint-Joseph le 29 août 1765. Il possède 45 arpents de terre; 7 minots semés, 1 vache, 1 cheval et 1 cochon. (C'est le beau frère de Jean-Baptiste Davignon, no 107).
107- Jean-Baptiste DAVIGNON dit BEAUREGARD, fils de François Davignon et de Madeleine Maillot, épouse Madeleine Massé, fille de François Massé et de Madeleine Robert, le 2 février 1750 à Saint-Joseph. Ce couple a 6 enfants, 90 arpents; 12 minots semés; 2 boeufs, 3 vaches, 3 moutons, 2 chevaux, 3 cochons. (François et Étienne Davignon résidaient à "Sainte-Thérèse" vers 1750: Hodiesne: 4-7-1750; PRDH: b. St-Joseph: 27-12-1752; Jean-Baptiste Davignon achète une terre du coté sud du Richelieu : Hodiesne: 23-2-1750). Il a été élu bailli en 1766.
108- Louis-Basile MAILLOT, fils de Jean et Marguerite Vacher, a épousé Agathe Trouillet dit Lajeunesse, fille de Louis et de Louise Dubois, à Saint-Mathias le 25 avril 1745. Ce couple a 3 enfants, 75 arpents de terre; 10 minots ensemencés; 2 boeufs, 2 vaches, 2 chevaux, 1 cochon. Louis-Basile Maillot, devenu veuf, a récemment épousé Catherine Sansoucy, fille de Joseph, le 18 février 1765.

Des résidants de Beloeil recensés à Saint-Mathias
Jean-Baptiste Catudal dit Saint-Jean (no 92) serait l'un des premiers concessionnaires de la région de Beloeil. Il habiterait cette région depuis 1729.
Un groupe d'habitants des seigneuries de Beloeil et de Rouville veulent obtenir une église dans leur région en 1768. Plusieurs de ceux-ci sont recensés à Saint-Mathias, et sont desservis par les curés ou missionnaires de Saint-Joseph sur le Bassin de Chambly, selon l'expression du curé de Saint-Charles en 1768. Ce sont: Pierre-Adrien Lamoureux (85), Antoine Bazinet (63), Jean Drogue dit Lajoie (21), Louis Lapointe (29), Joseph Jabot (4), François Livernois, (31), Charles Senné (3), Baptiste Larrivée (20), Pierre Larrivée (26), Joseph Larrivée (28), Baptiste Senné (37), Louis Baigné (32). (Pierre Lambert: Histoire de Beloeil, p. 95: Rolle de tous les habitants tenant feu et lieu dans la dite seigneurie qui désirent dépendre de la nouvelle église future). 

Familles qui ont résidé dans la région Chambly-Saint-Mathias et non recensés
Le recensement ne fait pas état de quelques familles qui ont fait baptiser leurs enfants à Saint-Joseph ou à Saint-Mathias et qui possédaient des terres dans la même région:
Jean-Baptiste Brouillet/Lafitte et Catherine Migneron, mariés le 5 février 1748 à Pointe-aux-Trembles.
Gilles Brouillet et Marguerite Robert, mariés le 3 février 1739 à Chambly. (Antoine Grisé: Inventaire: 23-11-1768).
Pierre Brouillet et Marguerite Lefort, mariés le 10 avril 1736 à Chambly.
Michel Brouillet/Lajeunesse et Louise Renaudet, mariés le 6 juin 1735 à Chambly. (Gervais Hodiesne, 30-9-1743: Antoine Grisé: 6-10-1772).
Amable Davignon et M-Anne Lamoureux, mariés le 2 février 1761 à Saint-Joseph (Antoine Grisé: 14-8-1771).
Charles Legrain/Lavallé, fils, et Françoise Bessette, mariés le 30 août 1751 à Saint-Mathias.
Claude Benoit/Labonté, cantinier, marié à Suzanne Stébennele 26 janvier 1761 à Saint-Joseph. (Antoine Grisé: achat, 12-8-1763).
Jean Chalifour et Barbe Maillet, mariés le 29 janvier 1753 à Rivière-des-Prairies.
Toussaint Barsalou et Marguerite Poirier, mariés le 21 février 1757 à Chambly.
Jean Maillou/Lavigueur et Angélique Jasmin (Antoine Grisé:12-7-1768) .
François Boutier, maître-menuisier, et Françoise Grisé, mariés le 12 février 1748 à Chambly (Gervais Hodiesne: 20-12-1745; Antoine Grisé: 1-7-1769).
Michel Laguë, un très grand propriétaire terrien à Saint-Mathias est recensé à Saint-Joseph.
François Adde (Halde), d'origine anglaise, époux de Marie-Louise Albert, (baptèmes en 1751,53,56; et 20-3-1770; François Hadde est inhumé à Saint-Mathias, âgé de 81 ans, le 15 septembre 1778).
Jean-Baptiste Sicard et Marie-Catherine Galipeau, mariés le 18 novembre 1744 à Pointe-aux-Trembles; recensés ni à Saint-Joseph, ni à Saint-Mathias.
Jean-Baptiste Sorel/Landreno et (1) Josephte Viau et (2) Marie Raymond/Toulouse, mariés à Longueuil le 22 septembre 1744.
Jacques Sorel/Larose et Catherine Laporte, mariés à Chambly le 7 janvier 1741.
Jean-Baptiste Sorel/Larose et Catherine Gauthier, mariés à Saint-Joseph le 18 juillet 1763. (Antoine Grisé: 17-7-1763).
Louis Lebeau et Angélique Bessette, mariés le 24 novembre 1739.
Claude Goyette (Goguet) marié (1) à Rosalie Martel le 8 janvier 1731, marié (2) à Madeleine Lefortle 30 octobre 1738. Leurs enfants se sont mariés à Saint-Mathias.

D'origine autre que française
Pierre "Gems" dit Langlais/Sansoucy, d'origine anglaise., marié (1) à Marie Lalongé et (2) à Madeleine Simon-Léonard le 4 août 1744. C'est l'ancêtre des familles Gemme (James).
Raymond Calmette dit Jolibois (no -41), soldat français, a épousé Geneviève Caris, esclave indienne de la tribu des Panis.
Stébenne, Halde et Letrefil (Lightfield)sont des patronymes et des familles d'origine anglaise.

Quelques observations
Deux "Jean" Labossière furent recensés, l'un à Saint-Joseph-de-Chambly et l'autre à Saint-Mathias. L'un des deux est sûrement Jacques.
Il y a deux Louis Robert (9) (90). Il y a des erreurs de noms: Ainsi Louis Bazinet serait plutôt Antoine Bazinet. Maxime Morin serait Mathieu Morin, marié (2) à Catherine Hilaire, veuve de Guillaume Jacques-Sansoucy le 2 décembre 1724, avant d'épouser (3) Thésèse Riquier.
Le nom Larivière est parfois confondu avec Larivée.
Il y a des célibataires: François Dubreuil, Louis Lapointe, Jacques Demoulin, Jean Goyette, Joseph Sabourin, Jacques Catudal.
Il y a un "emplacitaire", Jacques Demoulin; il n'a pas de terre, selon le recensement.
Baptiste Laporte détiendrait la plus grande propriété: 500 arpents, 4 boeufs 3 chevaux.
La veuve (?) d'Antoine Gelau (no 72), ainsi que François Massé, disposent de 300 arpents.
Il y a des familles prolifiques: chez René Barrière/Langevin on dénombre 9 enfants.
Les Paquet dit Larivière, Louis, Baptiste et Pierre ont chacun 7 enfants lors du recensement;
Louis Robert a également sept enfants.
Dans la maison d'Antoine Gelau (no 72) on a recensé 9 enfants.
Les habitants-soldats semblent moins portés sur la charrue et sur les semailles: Ainsi Joseph Chavert, (19); Jacques Sennezaque, (29); Pierre Saint-Germain, (54); Jacques Lampe, (59), n'ont rien semé en 1765. Ni le maître-charpentier Jean-Marie Marier (88).

Quelques grandes familles fondatrices
Les familles ci-dessous et leurs descendants ont défriché le territoire de Saint-Mathias et de Richelieu pendant quelques générations. La liste n'est pas exhaustive; retenons les descendants de:
Jean Bessette et de Marie-Anne LeSeigneur.
Noël Paquet dit Larivière et de Marguerite Beaudet.
Jean Massé dit Sancerre et de Marie Beaudet.
Jean Maillot dit Laroche et de (1) Roberte Péladeau, (2) de Françoise Coulon.
Adrien Legrain dit Lavallée, capitaine de milice et de Louise-Thérèse Stébenne.
Louis Jean dit Barré et de Madeleine Bessette.
Jean Vigeant dit Taupier et de Marie-Anne Périer dit Olivier.
Joseph Stébenne et de Marguerite Sansoucy dit Langlais.
Dominique Ostiguy et de Marguerite Parent. Il sera capitaine de milice de Saint-Olivier en 1777.
Alexandre Mona (Monast) dit Jolicoeur et d'Angélique Viau.
François Davignon dit Beauregard et de Madeleine Maillot dit Laroche.
Jacques Gauthier dit Saint-Germain et Josephte Benoit dit Livernois.
François Poirier, capitaine de milice, et de Madeleine Demers.
Jean Bertrand, capitaine de milice de Saint-Olivier et Élisabeth Legrain.

Épilogue
Cent ans après la construction du fort de Chambly, en 1765, il y a deux paroisses catholiques dans la seigneurie de Chambly: Saint-Joseph et L'Immaculée-Conception-de-la-Pointe-Olivier. Ces deux paroisses, où officie un seul curé, Félix de Berrey, totalisent environ 1081 habitants. Ils résident dans 206 maisons, ce qui fait une moyenne par unité familiale de 5,2 personnes.
Quant aux enfants, 317 à Saint-Joseph et 329 à Saint-Mathias, ils font une moyenne de 3,1 enfant par maison. C'est peu. Ce n'est pas la grande "revanche des berceaux" du XIXème siècle, mais ces statistiques concordent avec celles établies par l'historien Marcel Trudel pour tout le Québec et la région de Montréal, à la même date.
Longueuil à 834 habitants; Boucherville, 900; Saint-Charles, 525; Sorel, 822 habitants. Bref, Chambly et Saint-Mathias ont connu un développement lent.
Quant à l'aisance des habitants, seul le recensement ne nous permet pas de tirer une conclusion valable. On peut observer que chaque colon ou presque dipose d'au moins une paire de "boeufs de tire", cette énergie coûteuse facilite les labours, l'essouchage et le transport des produits de la terre. C'est une richesse. On remarque par contre que le "cochon", nourriture qui coûte peu à l'élevage, augmente en nombre lorsque la famille est plus nombreuse. Et selon qu'on a fait les relevés des porcs avant ou après les boucheries du début de l'hiver, on aurait vu fluctuer le chiffre du cheptel dans le recensement. En 1765, il y a en moyenne 2 porcs par résidence.
Quant aux cultures, 16 résidants n'ont pas semé en 1765. La semence à Saint-Mathias totalisant 1020 minots, on calcule que chacun des 92 "semeurs" a mis en terre plus ou moins 11 minots de grains en moyenne, contre 17 minots et demi à Chambly, où on dénombre 67 semeurs.

Références
Rapport de l'Archiviste de le Province de Québec, paroisse de La Conception, 1936-1937, pages 73 à 76.
Les Cahiers de la Seigneurie de Chambly, novembre 1992, no 12, par Marcel Rivet.
Le peuplement de Chambly selon le recensement de 1765, pages 1 à 19.
Le Programme de Recherche en Démographie Humaine, (PRDH), volumes 41 et 42.
Ghislaine Savoie, Saint-Mathias-sur-Richelieu, Société historique de Saint-Mathias, 1991, 512 pages
Pierre Lambert, Les origines de Beloeil, Méridien, histoire urbaine, 1991, 401 pages.
Marcel Trudel: Histoire de la Nouvelle-France, Le régime militaire et la disparition de la Nouvelle-France, 1759-1764, Fides, réédité en 1999, pages 79, 80.
Les greffes des notaires Jean Cusson, Marien Tailhandier, François Simonet, Gervais Hodiesne, Guillaume Barette, Antoine Grisé.
Denis Racine, Les baillis, dans l'Ancêtre, vol 4, nos 3, 4, 5.

 
Goto Top