Trois projets de pont sur le Richelieu PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 24 Février 2017 00:00

 

bridge1) Le plan de Pierre Guerout. Ce résident de Saint-Denis projetait d’ériger un pont entre Chambly et Saint-Mathias en 1817. Il n’y a pas eu de suite

 

2) Le projet d’Edward Glen en 1831, à l’endroit «de la traverse à Papineau». Son intention était d’enjamber la rivière Richelieu sur un pont à péage à l’extrémité nord de l’actuelle ile Goyer. Il dépose sa demande à la Législature. Mais le seigneur du lieu, Samuel Hatt s’y opposera. De plus une pétition de citoyens désapprouve le choix de ce site. Rien ne sera fait.

 

Le projet de Samuel Hatt en 1834 prétendait «to cross the Richelieu Rapids on the proposed line of the Chambly and Granby Turnpike Road».

 

Le seigneur de Chambly, le londonien Samuel Hatt (c1776-1842), fait paraître une annonce dans les journaux de Montréal. Il avertit le public qu’il «va demander à la Législature le privilège de construire un pont à péage sur les rapides de la rivière Richelieu, à l’endroit le plus réalisable (eligible) entre la résidence de William Yule au Canton de Chambly et l’emplacement propriété de William Bell, pour traverser de Chambly au côté opposé de la rivière Richelieu, dans la paroisse de Saint-Mathias et vice versa. Le privilège s’étendra à deux milles au-dessus et deux milles au-dessous de l’endroit où le pont sera érigé».

 

Notons que deux milles anglais équivalent à 3.22 kilomètres ou 55 arpents. À l’intérieur de ces limites, aucun autre pont, ni bac traversier privé ne seront tolérés.

 

On précise que «les arches, qui n’excèderont pas cinq en nombre, seront élevées d’au moins dix pieds au-dessus des plus hautes eaux. L’espace entre les jetées ou les culées sera au moins de cent pieds. Le soussigné n’a pas l’intention d’ériger maintenant un pont-levis, considérant que la largeur entre les piliers peut le dispenser de le faire».

 

«Les tarifs du péage seront les suivants : Pour chaque voiture à quatre roues tirée par deux chevaux, un chelin et trois pences courant. Pour chaque cheval additionnel, quatre pences. Pour chaque cheval et son cavalier, six pences. (Un penny = ± 1 sou. 20 pences = un chelin (shilling).»

 

L’illustration outrancière qui accompagne l’avis d’érection (cliquer pour agrandir) montre une architecture démesurée. L’artiste, (s’est-il inspiré du Tower Bridge à Londres sur la Tamise ?), fait montre d’une extravagance évidente. Mais il faudra attendre 1846 avant de voir un pont enjamber la rivière Richelieu à Chambly. Ce sera le deuxième pont sur cette rivière. Le premier avait été érigé par Robert Jones en 1826 pour relier Saint-Jean et Iberville.


Paul-Henri Hudon

 

 

alt

Ce texte vous inspire des commentaires?

Vous souhaitez émettre une suggestion?

Merci de Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .


 
Goto Top