SHSC | Dernières nouvelles
Un descendant des Boileau en visite à Chambly PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 16 Octobre 2017 00:00

 

M Cell_1Le jeudi 12 octobre, la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly (SHSC) recevait deux visiteurs de marque, Inger et Charles Cell, du Massachussetts.


Monsieur Cell, descendant direct de la famille Boileau, a offert à la SHSC un fonds d’archives inestimable, la numérisation de manuscrits originaux et authentiques, soit quelque 400 pages de la main de son ancêtre René Boileau, père.

Lire la suite...
 
La SHSC remporte les honneurs PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 01 Septembre 2017 00:00

 

prix 2017_1Lors de la remise des mérites pour les travaux soumis à la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu (SHVR), en juin 2017, lLa Société d’histoire de la seigneurie Chambly (SHSC) s’est signalée par sa présence. Faudrait lire par sa présence ... unique. En effet, cette association a été la seule à soumettre des travaux d’histoire inédits. Elle a raflé les deux prix.

 

Lire la suite...
 
Ancestry à la SHSC PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 06 Mai 2017 00:00

 

ancestryChers lecteurs et lectrices, assidus à nos chroniques historiques sur notre site Web, sachez que depuis quelques semaines, la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly vous offre l’accès à ce site de recherches généalogiques, appelé Ancestry.ca.

Lire la suite...
 
Les pionnières de l’instruction publique PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 10 Novembre 2016 00:00

 

CAHIER 40001Les maitresses d’école, ces «demoiselles qui montraient l’école» (comme on disait faussement), ont été autrefois d’audacieuses entrepreneur(e)s. Souvent isolées dans leur école de rang, elles devaient seules entretenir les locaux, chauffer le poêle, balayer le plancher, pomper l’eau, pelleter la neige avant les premiers arrivés. Elle devaient aussi se faire conduire et ramener à leur école, matin et soir, ou bien s’installer à l’étage pour les nuits, se nourrir sur place. Soigner, habiller, consoler, animer, tempérer, parfois punir, parfois féliciter les écoliers en besoin. Elles devaient même, à une certaine époque, prélever la contribution obligatoire des parents et souffrir les «enfants pauvres exempts de payer cette somme».  À la fin du trimestre, aller chercher son salaire au bureau de la Commission scolaire.

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Goto Top